Conférence : Soigner la société du risque ? Traitement, politiques et biomédicalisation de la prévention

Soigner la société du risque ?

Traitement, politiques et biomédicalisation de la prévention

 oakley military eyewear

Les 5 & 6 décembre 2013

Université Paris Descartes, Salle Leduc, 45 rue des Saints Pères, 75006 Paris

 

Conférence organisée par le Centre de Recherche Médecine, Sciences, Santé, Santé mentale et Société – CERMES3

Comité scientifique: Jean-Paul Gaudillière, Nicolas Henckes, Ilana Löwy & Vinh-Kim Nguyen

 

Programmeair jordan retro 11

 
nike air jordan retro shoes
La notion de risque est historiquement au cœur des politiques de santé, ne serait-ce que parce que la maladie était l’un de ces aléas de la vie justiciables d’une protection par la mutualisation assurancielle. Après la Seconde Guerre mondiale la gestion de la santé par le risque est aussi devenue synonyme d’études épidémiologiques, d’identification des facteurs de risque, de campagnes d’éducation pour la réduction des expositions. Dans cette perspective, l’objectivation statistique permettait de constituer des populations dites à risque soumises à une surveillance à distance et tenues pour responsables de leurs conduites. A partir des années 60, le risque a aussi investi la médecine d’une autre manière : comme conséquence des crises sanitaires et de l’attention croissante apportée aux effets sur la santé des risques techno-industriels, du nucléaire au médicament en passant par les polluants, et de la mobilisation d’autres technologies, celles du calcul risques/coûts/bénéfices. En participant à la remise en cause de la stratification en classes autant qu’à l’avènement de modes de gouvernement réflexif des sociétés contemporaines, ces déplacements, auxquels de nombreuses analyses de sciences sociales ont été consacrées, ont fait de la santé un des objets privilégiés de la « société du risque ». Le gouvernement de la santé par le risque ne s’y réduit cependant plus. Depuis une vingtaine d’années, on assiste à une biomédicalisation de la prévention prenant pour cible les risques « incorporés ». Ce qu’il s’agit désormais de contrôler est une entité biologique – une prédisposition génétique, une variation biochimique, une altération cellulaire ou morphologique – à l’origine de propensions à développer une pathologie ou d’états dits de « pré-maladie ». Dans les deux cas, le risque devient une lésion ou un état justiciable d’interventions faisant appel aux mêmes registres que la clinique thérapeutique : tests biologiques, consultation individuelle, administration de médicaments ou intervention chirurgicale, injonction à l’autonomie et appel au choix des personnes. On peut ainsi parler d’une nouvelle gestion préventive des populations dans laquelle la clinique est au centre des pratiques d’intervention et le point de passage obligé des politiques visant les populations, la gestion collectives des risques et la préservation de la santé publique. L’enjeu n’est plus seulement le gouvernement par le risque de nos sociétés, le gouvernement de la société du risque, mais bel et bien son traitement. Cette situation a tout particulièrement été repérée et analysée dans le domaine de la génétique médicale. On a ainsi montré comment le risque incarné est traité comme une pathologie, conduisant à l’émergence chez les personnes concernées de rapports spécifiques au corps, aux interventions et à leurs biographies, tandis qu’ils mettent les professionnels à l’épreuve de l’incertitude et de nouvelles interrogations sur le bien fondé de leurs pratiques. La réflexion sur la gestion du risque par le soin mérite cependant d’être étendue à d’autres secteurs de la santé. Celle-ci concerne en effet aussi bien le contrôle de la transmission du VIH ou de la tuberculose par des traitements, la prise en charge des pathologies cardio-vasculaires, celui des addictions par le médicament ou encore la « vie avec » les expositions environnementales. Plus généralement, la biomédicalisation du risque pourrait être à l’œuvre dans une variété de situations où l’intervention réparatrice prend le dessus sur la surveillance préventive, comme dans la préparation aux nouvelles menaces infectieuses ou les transformations de la santé au travail. Cette conférence explorera les enjeux et pratiques de ce qu’on peut appeler une mise en clinique du risque dans une variété de situations médicales. On s’intéressera aussi bien aux modalités d’objectivation des risques, aux outils, dispositifs et relais des interventions, aux registres d’articulation entre cible individuelle et gestion des populations, aux biopolitiques et formes de citoyenneté afférentes. On portera un intérêt privilégié aux propositions de communications portant sur l’un des trois enjeux suivants : traiter le risque comme une maladie ; organiser la clinique du risque ; prévenir en population par des traitements individuels.
Denmark nike air max
 

Inscription: Cindy Hemery chemery@vjf.cnrs.fr
ray ban sunglasses usa
Informations: Nicolas Henckes henckes@vjf.cnrs.fr, Jean-Paul Gaudillière gaudilli@vjf.cnrs.fr
Where To Buy Oakley sunglasses
Annonce sur le site du CERMES3: http://www.cermes3.cnrs.fr/spip.php?article953&lang=fr


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *