Prévention du sida : tout ne passe pas par la capote

Tribune publiée par Gabriel Girard, sur Libération.fr, le 26/11/2014.

logo-liberation-311x113

Pour beaucoup d’acteurs de la santé publique, la fin de l’année 2014 restera associée à un tournant majeur dans le domaine de la prévention du VIH – sida. Alors que la journée mondiale de lutte contre le sida a lieu le 1er décembre, on se souviendra à coup sûr de cette fin de l’année comme du moment où s’est stabilisé le consensus autour d’une idée simple : avoir des relations sexuelles sans préservatif n’équivaut pas nécessairement à prendre un risque pour le VIH. Nos manières de penser la prévention s’en trouvent bouleversées.

Ainsi, le concept de «traitement comme prévention» s’impose. Face au sida, les antirétroviraux ont fait la preuve de leur efficacité depuis 1996. Restait à prouver leur intérêt pour la prévention, et c’est chose faite. D’abord, parce qu’il est maintenant avéré que, pour une personne séropositive, un traitement anti-VIH bien suivi rend le danger de transmission négligeable. Ensuite, et c’est la principale nouveauté : la prise d’un antirétroviral par des séronégatifs ayant des pratiques sexuelles sans préservatif réduit très fortement le risque d’acquérir le VIH. Ce traitement préventif, connu sous le nom de «prophylaxie pré-exposition» (Prep) était encore à l’étude en Europe et au Canada. Mais ces dernières semaines, les deux essais menés chez des gays ont été arrêtés, la stratégie évaluée ayant montré une très forte efficacité. Les essais anglais (Proud) et franco-canadiens (Ipergay) vont à présent offrir le traitement à tous leurs participants. A terme, on peut espérer que les autorités de santé autorisent et promeuvent ce nouvel outil de prévention, comme c’est déjà le cas aux Etats-Unis depuis l’été 2012.

Retrouvez l’article complet
http://www.liberation.fr/societe/2014/11/26/prevention-du-sida-tout-ne-passe-pas-par-la-capote_1151264

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *