Beyond Biosocialities in Medical Anthropology

La Chaire Anthropologie et Santé mondiale a co-organisé à Amsterdam, du 17 au 19 janvier, avec le département de santé mondiale de l’Université d’Amsterdam un symposium intitulé « Beyond Biosocialities in Medical Anthropology » qui a réuni une trentaine de participants venant principalement d’Europe et d’Amérique du Nord.
Norway nike air max
Ce symposium avait une double ambition, théorique et « méthodologique » et s’était donner pour objectif de proposer des bases pour la future revue Health, Care & the Body. Cette revue va prochainement prendre la suite de la revue Medische Antropologie et sera éditée conjointement par le Collège d’Études mondiales (FMSH) et l’Université d’Amsterdam.
oakley frogskin sunglasses
Sur le plan théorique, la réunion avait pour objet un examen critique de la notion de « biosocialité » proposée en 1992 par l’anthropologue Paul Rabinow à l’issue de l’étude du projet de Génome Humain. Avec ce terme, Rabinow désignait les nouvelles « socialités » émergeant avec la recherche génétique et la façon dont les individus se pensent et agissent sur le monde social en lien avec leurs caractéristiques génétiques. Ce concept a été largement repris en anthropologie médicale afin d’examiner comment les sciences biologiques et médicales, et la santé publique, contribuent à façonner la culture et la société. Vingt ans après l’avènement de ce concept, les participants ont confronté le concept à l’aune de leurs travaux de recherche et y ont apporté des propositions dont certaines feront l’objet de prochaines publications.
custom oakley sunglasses
En termes de méthodologie il s’est agi une fois encore pour Vinh-Kim Nguyen, de mettre à l’épreuve une technique de recherche néerlandaise (en décembre, les participants de l’atelier « épidémiologie sociale des guerres contemporaines » avaient ainsi à arpenté la forêt de Saint Germain en Laye dans le cadre d’un séminaire ambulant). Répartis en trois « streams » ou groupes parallèles et organisés selon des thèmes (subjectivité, biopolitique et santé mondiale, la biosocialité « vue d’en bas »), les participants se sont retrouvés durant trois demi-journées, ce qui a facilité la discussion, par la répétition des rencontres en petits groupes. Plus encore, les participants, qui avaient envoyé à l’avance une proposition de réflexion en cours (« think piece ») ne l’ont pas présenté de façon académique. Bien plus, chacun a partagé une question qui, à partir de données empiriques, faisait l’objet d’un travail conceptuel en cours.
air jordan Czech
Trois « keynotes » ont ponctué ces travaux de groupes, par trois anthropologues renommées en anthropologie médicale : Margaret Lock a proposé d’envisager la bioscialité et l’ « embodiement » à l’heure de l’Epigenome ; Annemarie Mol s’est penchée sur la théorie du care et enfin Julie Livingston a éclairé le champ de la santé globale à partir de ses recherches sur le cancer au Botswana.
nike air jordan wholesale
En filigrane, ces échanges étaient portés par la volonté d’ouvrir un espace pour une série de conversations critiques, entre l’anthropologie médicale et la sociologie des sciences et des techniques, et en vue d’éviter que ne se dessine une frontière trop figée, sur le plan académique entre l’Europe et l’Amérique du Nord. Le lancement prochain de la Revue Health, Care and the Body, co-éditée par l’université d’Amsterdam et la Fondation Maison des Sciences de l’Homme fournira donc un support pour poursuivre ces échanges.

Fanny Chabrol


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.