La vaccination contre le HPV en question et “des médicaments à vie”

Lors de la séance du mardi 5 février 2013, deux ouvrages récentes ont été discutés:
Oakley sunglasses Outlet
et Janina Kehr, anthropologue, Centre pour l’étude de l’histoire de la médecine, Zurich a discuté l’ouvrage collectif : Wailoo, Keith, et al. 2012. Three Shots at Prevention: the HPV vaccine and the Politics of Medicine’s Simple Solutions, Johns Hopkins University Press.
Buy ray ban sunglasses

prescription oakley sunglasses
Janina Kehr a présenté cet ouvrage collectif de façon linéaire et en a proposé une analyse approfondie. Cet ouvrage est issu d’une réflexion collective sur les enjeux politiques, économiques et pharmaceutiques d’un vaccin produit par la compagnie Merck. Commercialisé et rendu obligatoire dans certains Etats aux Etats-Unis, ce vaccin qui protège contre le Human Papilloma Virus, l’un des virus responsables du cancer du col de l’utérus a été l’objet de nombreux débats. Sur le plan de la santé publique, le débat a porté sur des questions (récurrentes en santé publique) concernant son efficacité préventive, l’utilité de l’identification de “groupes à risques” (ici les jeunes filles adolescentes), la question de la vaccination obligatoire, etc.
air jordan Korea
Une certaine inégalité entre les chapitres a été soulignée, mais la plupart des auteurs de chapitres partagent des incertitudes quant à savoir s’il fallait généraliser ce vaccin, s’il devait être ainsi seulement préconisé pour les jeunes filles, et sur les raisons qui expliquent qu’il n’aient pas été rendu disponible dans les pays du Sud où le virus est le plus prévalent et où le cancer du col de l’utérus est moins dépisté et plus morbide. Cet ouvrage apporte une contribution riche sur les questions politiques et morales suscitées par les interventions contemporaines de santé publique, du produit pharmaceutique, son coût, sa commercialisation et sa publicité (qui n’est pas oubliée) jusqu’aux politiques de santé publique, en passant par les patientes vaccinées ou ayant été contaminées par le HPV, leurs familles, les églises et partis politiques.
cheap oakley sunglasses for sale
Janina Kehr a salué un chapitre qui élargit ces débats de l’Amérique du Nord à l’Europe et à l’Afrique. Également un article présentant le cas du Botswana permet de rappeler combien les médicaments ont des “vies sociales” et acquièrent une valeur différente selon les contextes sociaux et politiques.

Guillaume Lachenal, historien, Université Paris 7-Diderot a présenté l’ouvrage de Joseph Dumit (2012) Drugs for Life: How Pharmaceutical Companies Define our Health, Duke Univ. Press.
Un ouvrage au titre accrocheur “des médicaments à vie”; “une ordonnance à durée indéterminée”…. autant d’expressions qui reflète un ton humoristique mobilisé dans l’ensemble de cet ouvrage où les blagues (“half-jokes”) tiennent un rôle important. Issu d’une enquête menée principalement “en surface” c’est-à-dire un corpus constitué de publicités (aux États-Unis la publicité pour les médicaments est autorisée et particulièrement répandue!), d’informations recueillies sur Internet, parmi les discours professionnels ou lors de réunions.
Drugs for Life est une enquête la médecine pharmaceuticalisée contemporaine, en particulier sur le fait que les traitements ne répondent plus à des symptômes mais visent à éviter la survenue de maladies. La médecine s’efface face aux résultats des essais cliniques qui ont vocation à abaisser sans cesse le seuil où l’individu sain est considéré “à risque”. Guillaume Lachenal a montré que ce nouveau modèle entraîne une série de glissement et d’inversions en médecine : le traitement est de la prévention, la santé est la maladie car être en bonne santé c’est se traiter contre quelque chose. Cette nouvelle ère du “pre-disease” est liée au “surplus health” qui consiste, pour l’industrie pharmaceutique, à extraire des maladies à traiter dans un réservoir de santé en particulier en médecine préventive qui s’avère la plus rentable pour l’industrie pharmaceutique, car elle est “à vie”.

Fanny Chabrol

replica ray ban sunglasses


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.